16 rue Thiers - 55120 Clermont-en-Argonne

La démographie

Un territoire est des Hommes…

La population argonnaise

Rue principale de Beaulieu-en-Argonne – Max Chaffaut

L’Argonne compte un peu moins de 35 000 habitants. Sur les 40 dernières années, la population a diminué de 20% et présente maintenant une densité moyenne de 16 habitants au km² (97hab/km2 dans la Région Grand Est et 118hab/km²en France). L’éloignement notable des grands bassins d’emploi et de population a un impact certain sur le nombre de natifs choisissant de rester sur le territoire mais aussi sur le nombre de nouveaux arrivants. Avec des soldes naturel et migratoire négatifs, l’Argonne constate une baisse démographique continue depuis 1968, quand la population de la Région Grand Est continue de progresser de 0,11%/an.

Les attentes sociales en termes de proximité des services courants, des services de soin, des écoles, limitent le nombre de natifs choisissant de rester sur ce territoire mais aussi le nombre de nouveaux arrivants.La concentration des populations se fait dans les villes et villages. Il y a très peu d’habitat diffus sur le territoire, ce qui montre une politique d’urbanisation raisonnée.

De manière complémentaire, la répartition de la population fait apparaître un déséquilibre entre les bourgs principaux et le reste du territoire : Plus de 30% des habitants résident dans une commune isolée, contre 4.7% en France. Sur les 158 communes du périmètre, seules 16 comptent plus de 400 habitants et les quatre principales unités urbaines regroupent 1/3 des 35 000 habitants de l’Argonne. Deux bassins d’habitation se distinguent : Sainte-Ménehould (51) concentrant environ 4 250 habitants et Vouziers (08), environ 4 000 habitants.

 

Pèche en Argonne ardennaise – OT Vouziers

Ces deux pôles représentent ¼ de la population totale du territoire. L’attractivité de ces villes est directement liée aux services proposés : centre commerciaux, services de proximité, écoles et collèges, activités associatives… La politique de développement de ces deux pôles est de préserver une évolution démographique positive en proposant un maximum de services. Des pôles secondaires animent le reste du territoire Argonnais : Le Chesnes (08), Varennes-enArgonne (55), Clermont-en-Argonne (55), Givry-en-Argonne (51) et Triaucourt-en-Argonne (55). Ces villages proposent des services plus restreints que les deux bassins de vie principaux. On y retrouve souvent une boulangerie, un médecin, une école primaire…

 

En Argonne, une grande partie de la population a entre 45 et 75 ans. Les plus de 60 ans sont en augmentation depuis quelques années alors que la part des moins de 30 ans est en diminution. Le rapport par commune entre les moins de 25 ans et les plus de 60 ans, démontre que l’Argonne est un territoire à fort vieillissement. Cette tendance n’est pas spécifique à l’Argonne mais se retrouve dans les territoires ruraux en général. Pour contrer ce phénomène, certaines communes adoptent une politique particulière de développement pour attirer les jeunes populations en proposant des terrains constructibles à bas prix et en maintenant certains services.

L’emploi

L’Argonne compte 11 208 actifs dont 89% occupent un emploi. Le taux de chômage en Argonne est de 11,1% soit 0,8% de moins que la moyenne nationale en 2013. Le secteur tertiaire représente 61% des emplois malgré la diminution progressive des services. L’agriculture représente 13% des emplois contre seulement 3,1% à l’échelle de la Région Grand Est.

L’Argonne se trouve entre les grands bassins d’emplois constitués autour des moyennes agglomérations de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine (Charleville-Mézières, Sedan, Verdun, Bar-le-Duc, Châlons-en-Champagne), hors du périmètre argonnais. Sur les quelques 11 208 actifs cités plus haut 42,4% travaillent dans la commune où ils résident et 12% d’entre eux se rendent au travail à pied. Les argonnais qui travaillent dans une autre commune utilisent pour 74% d’entre eux, ce qui concorde avec les moyennes départementales. Les transports en commun étant quasi inexistants en Argonne, ils sont moins utilisés qu’en moyenne dans les départements (1% contre 7%). Un quart des trajets en transport en commun se font entre 2 communes Argonnaises. Plus de la moitié des déplacements entre deux communes de l’Argonne se font en voiture ou en 2 roues.

Les Services

Comme un grand nombre de territoires ruraux, l’Argonne voit ses services disparaître progressivement à mesure que la masse critique de population nécessaire à leur maintien s’amenuise. La répartition des grands pôles d’emplois et de population que sont les métropoles en Région Grand Est est telle que l’Argonne se trouve à plus de 30mn de tous ces points d’attractivité. La configuration et la situation de l’Argonne amènent donc les habitants à effectuer de nombreux déplacements entre les parties ardennaise, marnaise et meusienne du périmètre. Si seulement 5,4% des argonnais franchissent les limites départementales dans le cadre de leur emploi, cette proportion s’accroit si l’on regarde l’utilisation des services. Les bassins de vie de Sainte-Ménehould et Vouziers s’étendent ainsi sur 76% des communes du périmètre. Le reste des communes est réparti entre les bassins de vie de Revignysur-Ornain, Bar-le-Duc, Verdun, Stenay et Sedan.

En l’absence de service, les argonnais privilégient les déplacements vers les grandes villes de leur département d’origine.

Santé

Le Chesnes – centre ville VVV

L’Argonne, comme beaucoup de territoires ruraux, est impactée par la diminution des services de santé. L’accès aux médecins généralistes (et à quelques spécialistes) est relativement aisé grâce à la mobilisation des collectivités locales pour créer des CLS (Contrat Locaux de Santé) sur leur territoire. Il faut cependant garder une certaine vigilance quant à la baisse de la démographie médicale à venir et une anticipation des prochains départs à la retraite des praticiens est à organiser, leur âge moyen étant de 53,3 ans.

 

En cas de nécessité vitale l’accès aux soins d’urgence, aux hôpitaux ou aux spécialistes reste plus difficile : il y a un hôpital à Vouziers, une antenne de l’hôpital de Châlons-en-Champagne à Sainte-Ménehould, mais pas d‘établissement hospitalier en Argonne meusienne. L’offre médico-sociale concernant les personnes âgées est assez bien répartie sur le territoire avec 9 Etablissements pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) : 2 à Vouziers, 2 à Sainte-Ménéhould et 5 en Argonne meusienne.

 

Bonne répartition aussi des Unités de Soins Longue Durée (USLD) ou des Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD). Mais il n’y a qu’une seule Résidence-Autonomie pour les personnes âgées seules mais encore autonomes, ‘Les Jonquilles’ à Sainte-Ménehould. L’Argonne doit trouver comment répondre aux nouveaux besoins liés au « bien vieillir » de sa population, en termes de services ou encore de maintien à domicile.

L’accessibilité géographique (temps de trajet) n’est pas un facteur suffisant pour apprécier la facilité d’accès aux soins d’un territoire car il ne prend pas en compte divers facteurs comme par exemple la capacité du praticien à recevoir plus de patients. A l’échelle du périmètre d’étude, 100% de la population peut avoir accès à un médecin généraliste en moins de 15mn de trajet. L’Accessibilité Potentielle Localisée (APL) est un indicateur permettant une analyse plus fine de la situation. Exprimée en ETP/100 000 habitants, l’APL est calculée en tenant compte du ratio entre l’offre et la demande de soins locale, et des divers facteurs susceptibles de faire varier cette offre et cette demande (âge des populations, nombre de praticiens…).

Sur le périmètre, l’APL moyenne est de 52 ETP/100 000 habitants, soit environ 1 médecin pour un peu moins de 2 000 habitants. En comparaison, la moyenne nationale s’élève à 71 ETP/100 000 habitants soit 1 médecin pour un peu moins de 1500 habitants. L’examen des caractéristiques socio-démographiques et typologiques du territoire argonnais ont ainsi amené l’ARS à réfléchir à la mise en place, en Argonne, d’un programme expérimental sur l’organisation de la santé en milieu rural.

L’INSEE définit un pôle de service comme étant une commune ou une unité urbaine disposant d’au moins 16 des 31 équipements intermédiaires, gamme d’équipement qui regroupe des services tels que les collèges, certains médecins spécialisés, les supermarchés, etc.

Education au territoire, à l’environnement et au développement durable

L’omniprésence de la nature, la grande richesse patrimoniale et son accessibilité par la route ou le rail font de l’Argonne un terrain propice à l’Education à l’Environnement et au Développement Durable. La faible densité de population et l’absence de grandes villes permettant de rester proche de la nature en tout point du territoire.

L’Argonne est ainsi un territoire particulièrement adapté pour découvrir :

  • La biodiversité et les habitats naturels car elle dispose d’une grande variété d’habitats et d’espèces sur l’intégralité du périmètre. De plus, la fonction écologique de l’Argonne dans le déplacement des espèces (TVB) en fait un lieu d’étude unique du comportement.
  • La forêt, omniprésente et proche, lieu de promenades familiales, de ramassage de champignons, de cueillette du muguet…est un terrain de découverte accessible dès le plus jeune âge. En Argonne, elle attire de nombreux publics issus de la Lorraine et de la Champagne-Ardenne à la recherche d’une nature authentique.
  • L’astronomie, favorisée par l’extinction de l’éclairage public fixé dans de nombreuses communes rurales à 22 h, et par la qualité de l’air (peu d’industries, peu de pollution atmosphérique) ce qui offre un contexte des plus favorables à l’observation du ciel nocturne.
  • Des paysages permettant de comprendre l’action de l’Homme sur son milieu (l’agriculture, la sylviculture, la pêche des étangs…), et la richesse de l’artisanat historiquement basé sur les ressources locales (verre, faïence, poterie…), l’architecture utilisant les ressources naturelles…
  • Un contexte géologique rare qui ne peut être appréhendé qu’en Argonne
  • L’Histoire de France et la naissance de la République : voies romaines, mottes féodales, traité de Verdun (843), bataille de Valmy (1792), fuite à Varennes et arrestation de Louis XVI, Guerres Mondiales…

L’Argonne compte 11 regroupements pédagogiques intercommunaux, 23 écoles élémentaires, 5 écoles maternelles, 3 lycées : 1 d’enseignement général et 2 d’enseignement professionnel. En complément à ces établissements, trois structures de l’EEDD, font preuve d’une réelle volonté de coopérer et de développer des partenariats sur l’ensemble du territoire argonnais :

 

  • Dans la Marne, à Givry-en-Argonne, le Val d’Ante présente une capacité de 91 lits. C’est un centre d’accueil géré par l’Association « Argonne Nature » qui organise ses activités sur l’étang où elle dispose d’un bassin spécialisé pour la pêche à la ligne. C’est la plus importante structure de ce type implantée sur la partie sud du périmètre d’étude, et la seule de la Marne.

 

  • Dans les Ardennes, l’association de « la Maison de la Nature » de Boult-aux-Bois, qui dispose d’un étang privatif aménagé pour être le support d’activités autour de la découverte et la compréhension des zones humides. Le Centre de Recherche et de Formation en Ecoéthologie (CERFE) qui partage les locaux de la Maison de la Nature est également un partenaire de choix pouvant apporter une expertise sur des animations liées au comportement des espèces sauvages.

 

  • La troisième structure d’accueil est « La Mazurie » située à l’orée de la forêt argonnaise, au pied du pittoresque village de Beaulieu-en-Argonne, dans un environnement d’étangs et de prairies. C’est une structure pouvant accueillir jusqu’à 87 personnes. Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) de Meuse, implanté à Bonzée, offre un hébergement de 66 lits. Il dispose d’une antenne à Clermont-en-Argonne, gère, en lien avec les collectivités, certains sites Natura 2000 et l’ENS des Bercettes près de Neuvilly-en-Argonne, lieu privilégié pour l’EEDD.

 

Dans les Ardennes, le Parc Argonne Découverte (PAD), ouvert en 2005 à Olizy-Primat sous le nom de Nocturnia, a étoffé son offre et a développé une thématique de parc animalier : les loups, arrivés en 2011, et les spectacles de rapaces font sa renommée aujourd’hui. Les clubs CPN, Connaitre et Protéger la Nature, dont le siège est à Boult-aux-Bois, développent des activités en direction des familles et des clubs nature en France et ailleurs. Ils éditent des outils pédagogiques et naturalistes accessibles à tous alliant rigueur scientifique et humour : la Gazette des Terriers. L’Argonne héberge aussi « La Hulotte », nationalement connue et éditée à Boult-aux-Bois depuis 1972.

 

D’autres acteurs associatifs méritent pleinement d’être mentionnés par l’importance de leurs interventions dans le domaine de l’environnement :

  • Deux Conservatoires des Espaces Naturels (CEN) interviennent sur l’acquisition foncière, la connaissance et la protection des sites dont ils ont la gestion. Le CEN de Champagne Ardenne est un des gestionnaires du site de Belval-en-Argonne classé en Réserve Naturel Régional.
  • La Ligue pour la Protection des Oiseaux de Champagne Ardenne (LPO) intervient également de manière privilégiée sur la Réserve Naturelle de Belval comme gestionnaire avec le CEN et l’association Belge NatuurPunt.
  • RENARD (Regroupement des Naturalistes Ardennais), Argonne Fan’Nature à Clermont-enArgonne, la Fédération Départementale de Pêche de la Meuse développent aussi des activités de découverte du milieu.

L’offre culturelle

Cross à Menou 2017 – M. Chaffaut

L’offre culturelle proposée est de grande qualité et très diversifiée : chorales locales, représentations théâtrales, concerts de musique classique ou d’orgue, galeries ou artisanat d’art… La distribution de cette offre culturelle sur le territoire est plutôt homogène et accessible à tous.

Le PNR pourrait être un outil de mise en relation des acteurs de la culture et des collectivités pour accompagner, développer et pérenniser cette offre de qualité sur le territoire Argonnais. L’association « Les Tourelles » à Vouziers, offre une programmation variée et déplace ses spectacles aux quatre coins de l’Argonne Ardennaise.

 

4 à 5 films y sont projetés chaque semaine (sorties nationales, Art & Essai, conférences « Connaissance du Monde »). Il comprend aussi bibliothèque, salle de spectacle, salle d’exposition, harmonie et école de musique municipales, cafétéria. C’est un élément fort du lien social sur ce territoire rural.

A Evres, en Meuse, l’Association « Anes Art’gonne » gère un lieu de programmation de nombreuses manifestations culturelles. Dans une vaste grange rénovée, occupée en étage par un espace dédié à un marché équitable, expositions d’œuvres d’art (peintures, sculptures, photos…) d’artistes locaux ou régionaux, pièces de théâtre, concerts, marchés, festivals… sont organisés tout au long de l’année. L’association propose aussi la découverte de l’Argonne en itinérance douce par des randonnées avec ânes en liaison avec d’autres asineries du territoire.

 

A Sainte-Ménehould, dans la Marne, la municipalité a développé un ensemble appelé « L’Allée des Couleurs » alliant sport, nature, découverte et culture, et s’appuyant sur des infrastructures de qualité, dont la Médiathèque, le Musée de Valmy et le centre nautique « L’Aquarelle ». La médiathèque propose des expositions, des conférences, voire des concerts. Elle assure une formation en informatique dans sa cyber base et anime un réseau de bibliothèques dans plusieurs petits villages, en partenariat avec la BDP, Bibliothèque Départementale de Prêt.

Un festival de musique « Les Bar-Bars » existe depuis 2010 en Argonne : les concerts ont lieu dans des établissements publics, bars ou restaurants, et ont pour but, à côté de leur rôle de découverte musicale, d’animer ces établissements et de contribuer à étendre l’offre culturelle musicale aux villages plus isolés. Ce festival est géré par l’association « Pays d’Argonne », implantée sur l’ensemble du territoire. Elle est constituée en groupement d’associations et développe un projet de structure de type ‘Centre de Ressources à la Vie Associative’ (CRVA) pour répondre aux besoins des associations du territoire (formation, bibliothèque associative, parc de matériel). Elle contribue activement à connecter les trois zones de l’Argonne (08-51-55) afin de renforcer les liens entre les porteurs de projets et créer des animations à grande échelle (Festival Les Bars-Bars, Argonne 1792) dans un axe nord-sud. Elle publie également sur son site toutes les manifestations qui lui sont signalées par les organisateurs d’évènements.

L’association “Les amis de la route de Goethe-1792” met en place un Itinéraire Culturel sur les traces du grand humaniste allemand Johann Wolfgang Von Goethe qui a suivi les troupes prussiennes jusqu’à Valmy. Ce projet s’inscrit résolument dans la dynamique touristique argonnaise. Il est une page importante du patrimoine historique. En lien avec ce projet, « Pays d’Argonne » organise cet été un évènement de grande ampleur de reconstitution historique, Argonne 1792, basé sur la participation active des habitants, avec randonnées équestres et pédestres. « Le Petit Journal d’Argonne », distribué gratuitement (parce que payé par les publicités commerciales) dans tous les foyers du périmètre d’étude permet à chacun de s’informer sur toutes ces manifestations sportives ou culturelles.

La vie associative

Balade club de randonnée – M. Chaffaut

Les rubriques précédentes montrent l’importance du tissu associatif en Argonne. L’éloignement des grandes villes pousse peut-être les argonnais, jeunes ou moins jeunes, à se regrouper plus que les citadins. Tous les domaines sont concernés : arts, loisirs, action sociale ou caritative, sport physique ou cérébral… En cette époque de diminution des aides aux associations on peut se demander dans quelle mesure cette richesse, basée essentiellement sur le bénévolat, sera en mesure de maintenir ce lien social sur le territoire. Les associations culturelles, comme bon nombre d’autres associations, sont fragiles.

Selon l’envergure des programmations proposées, le besoin d’investissement bénévole peut être très important, et le vivier de volontaires n’est pas toujours suffisant ou facile à mobiliser. De plus, les contributions financières des divers échelons territoriaux ne sont pas toujours évidentes à obtenir. Cependant, les collectivités locales restent des partenaires importants pour ces associations, qui sont la garantie de l’existence d’une offre culturelle de qualité ou de relais des services sur le territoire Argonnais. Sur le périmètre d’étude 178 associations ou entreprises ont ajouté le nom ‘Argonne’ à leur dénomination :

  • 35 en Argonne ardennaise
  • 67 en Argonne marnaise
  • 76 en Argonne meusienne

(26 autres organismes hors périmètre en ont fait autant, portant le total à 204, ce qui démontre l’attachement des argonnais à leur territoire.)


Retour