16 rue Thiers - 55120 Clermont-en-Argonne

Le climat

En effet, bien que le climat soit relativement homogène sur l’ensemble du territoire il existe de légères différences entre chaque département de l’Argonne.

  • Climat meusien

La Meuse, sur la partie Est de l’Argonne, présente un climat océanique altéré avec de fortes amplitudes thermiques avec de fortes précipitations entre la fin de l’automne et en hiver qui se poursuivent également de manière moins intense le long de l’année. Les hivers sont froids, avec des températures pouvant atteindre -10°C tandis que les étés sont ensoleillés, doux ou chauds, avec une moyenne d’environ 18°C à 20°C.

  • Climat ardennais et marnais

La partie nord et ouest de l’Argonne, les Ardennes et la Marne, ont un climat continental  avec de fortes amplitudes thermiques entre les différents mois de l’année et des précipitations faibles dans la Marne mais élevé dans les Ardennes. Les hivers y sont rigoureux avec des températures allant jusqu’à -15°C et des étés chauds et orageux.  (*ATLAS DE L’ARGONNE , février 2011, CDT Marne, CDT Ardennes et CDT Meuse)

  • Climat argonnais

Au cœur de l’Argonne, tous départements confondus, le climat est donc majoritairement océanique avec des influences continentales. Les précipitations sont abondantes et réparties de manière homogène sur l’année.

Feuille gelée – Richard Boulanger

Elles sont également relativement homogènes du Nord au Sud de l’Argonne avec, pour référence, Vouziers et Seuil-d’Argonne.

 

En effet, Vouziers présente un taux plus important de précipitations d’octobre à janvier. Les précipitations sont cependant plus importantes sur l’ensemble du massif forestier argonnais et vers l’est.

Vallée de la Biesme en hiver – M.Chaffaut

 

 

 

 

En effet, la moyenne des précipitations annuelles est de 700mm à l’Ouest et de 950mm à l’Est. (« Sylvécorégion C12 Argonne, » Institut national de l’information géographique et forestière)Comme l’indique le diagramme ombrothermique ci-dessus, la moyenne annuelle des températures est de 9,6°C. Les moyennes saisonnières sont d’environ 17°C en été, environ 10°C en automne, entre 2°C et 3°C en hiver, et d’une amplitude de 6°C et 15°C au printemps. (Horizon d’Argonne n°42, 1981, M.Mauze, PP.80-93) 

 

L’ensoleillement est naturellement plus élevé en été avec une moyenne d’environ 200h d’ensoleillement mensuel, et une légère différence entre le Nord et le Sud de l’Argonne, entre Vouziers et Seuil-d’Argonne, commune du centre de l’Argonne. La moyenne annuelle d’ensoleillement mensuel est d’environ 125h.

Le changement climatique est un phénomène à la fois naturel et causé par l’homme.

Argonne brumeuse – Max Chaffaut

Chaque grande ère de la Terre s’est vue climatiquement bouleversée en l’espace de plusieurs milliers d’années, cependant la raréfaction des énergies fossiles et le phénomène d’effet de serre contribuent également au réchauffement climatique. La cause du réchauffement climatique est aussi liée à l’effet de serre, par le rayonnement solaire sur la Terre mais également par les émissions terrestres (pollution, industrie, agriculture, vie humaine…etc.) Les principaux indicateurs sont la fonte des glaciers, la montée du niveau des mers et océans, des saisons plus marquées avec des phénomènes exceptionnels violents de plus en plus fréquents, ainsi qu’une hausse moyenne des températures.

La France a vu une hausse moyenne de 1°C au cours du siècle dernier. (S.Klusko , Le changement climatique : constat, évolution du climat et conséquences, 2013, Météo France)

L’Argonne est également touché par ce réchauffement climatique, des hausses de températures sont actuellement notables. La température moyenne annuelle de la Région Grand Est a dépassé de 1,2°C la normale en 2014 (« La Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine face aux défits du changement climatique, novembre 2015, INSEE analyses), l’Argonne, au cœur de la région, a également été touchée. Des prévisions avec différents scénarios sont envisagés, présentant des hausses de températures futures plus ou moins importantes centrées sur la Lorraine.

Vents violents près de St Thomas-en-Argonne – J.L. Le Hingrat

Ce réchauffement climatique a des conséquences physiques sur le territoire, notamment au niveau de l’agriculture et de la forêt. Sur l’exemple de la Lorraine on peut noter que la période de récolte de la mirabelle se décale au fil des années au fur-et-à-mesure que le réchauffement climatique s’installe.

La forêt est également touchée puis le dérèglement climatique fait proliférer des maladies qui ne touchaient pas ou peu le territoire précédemment. C’est le cas de la maladie du Chêne rouge qui se déploie chaque année un peu plus d’Ouest en Est sur la France.

 

Cette maladie touche les racines des arbres, dont le chêne rouge semble le plus sensible et sujet, et provoque un suintement du fût de l’arbre lors de la période de végétation. Elle affaiblit l’arbre sans le tuer. (L’encre du chêne – Phytophtora Cinnamomi, mars 2015, dépt. de la Santé des forêts, INRA)

 


Retour